Bières artisanales : ces 3 Romands savent comment étancher notre soif

nebuleuse team

• 25 août 2015

Arthur, Jeremy, Kouros… salut, salut ! 

Versez d’abord une bonne dose d’amitié, ajoutez-y un concentré d’énergie et de créativité, une pelletée d’expérimentations et un flux constant d’innovations. Remuez le tout à une chaleur audacieuse et laissez agir le savoir-faire lausannois jusqu’à une pleine maturation. C’est la recette originale élaborée par trois jeunes vaudois passionnés de boisson maltée pour obtenir « la Nébuleuse », une microbrasserie très prometteuse !

Tout commence à Copenhague en 2010, lorsqu’Arthur Viaud, alors en échange Erasmus, est atteint d’une brassophilie aiguë (si, si, ça existe !) au contact d’un remueur amateur. Cet étudiant en HEC voit dès lors ses bouquins de droit côtoyer des livres sur la bière qu’il achète de manière presque compulsive (on vous l’avait dit qu’il était atteint) ! En druide amateur, il entreprend très vite l’élaboration de ses premières mixtures houblonnées qu’il fait ensuite déguster à ses deux acolytes de longue date, Jeremy Pernet et Kouros Ghavami.

Après quelques années d’expériences en entreprise dans le secteur économique, les trois jeunes professionnels font le même constat. Passer ses journées derrière un ordi le cul posé sur une chaise… très peu pour moi ! « Nous voulions nous lancer dans quelque chose de plus gratifiant, de plus “vrai“ » s’enthousiasme Jérémy. Entrepreneurs dans l’âme, les trois amis s’embarquent alors dans une folle aventure en fondant en février 2014, la Nébuleuse Sàrl, devenue aujourd’hui la Nébuleuse SA.

nebuleuse equipment

La clé du succès ? L’originalité bien sûr !

A coup d’associations expérimentales et de trituration de méninges, les brasseurs amateurs prennent de la bouteille et assurent une production régulière de quatre styles de bières artisanales. S’inspirant d’abord des Pale Ale américaines, ils réussissent des mariages inattendus, intégrant fruits exotiques, bourbon ou encore levures typiquement belges. « Nous brassons uniquement des bières hybrides, c’est-à-dire que nous ne copions pas une recette existante. La créativité est vraiment ce qui caractérise chacune de nos bières. »

Et si l’originalité est bien au rendez-vous, la qualité ne fait pas non plus défaut. Ne lésinant pas sur les moyens, les brasseurs en herbe apprennent de leurs erreurs pour sans cesse perfectionner leurs recettes. « Il nous est déjà arrivé de balancer 200 litres de “Stirling“ parce que la qualité n’était pas bonne ».

Passionnés, assidus et novateurs, les fondateurs de la Nébuleuse convainquent rapidement de nombreux bars et commerces spécialisés de la région lausannoise qui proposent aujourd’hui plusieurs de leurs bières. Et si leur travail les oblige à passer du temps à l’ombre des cuves, les trois amis n’en gardent pas moins l’esprit communautaire. Séduits par le nouveau concept de restaurant à ciel ouvert La Grenette, situé à l’extrémité de la place de la Riponne, ils décident de contribuer à leur manière à la vie culturelle lausannoise en créant une bière exclusive qui corresponde aux penchants du plus grand nombre sans pour autant en sacrifier l’intérêt gustatif et l’originalité du processus de fabrication. Parfumée à la fleur d’oranger sur fond d’Amarillo, la bière de la Grenette a marqué les esprits – et les palais – dès l’été 2014.

photo

Boire une bière c’est bien, la déguster c’est mieux !

Si leurs bières plaisent et rassemblent générations et classes sociales diverses, les brasseurs de la Nébuleuse ne se satisfont pas de ce simple attrait pour la nouveauté. Leur objectif premier est éducatif. Quoi, ils veulent faire une école de la bière ?!! Mais non. Enfin… pas exactement.

« Sensibiliser les gens à la bière de qualité et l’un des piliers de notre entreprise. Nous nous efforçons d’éduquer un maximum de personne au travers de dégustations, de visites de la brasserie mais surtout au travers d’événements qui sortent de l’ordinaire ».

Ben oui, parce la bière ça sert pas seulement à se bourrer la gueule et à dessaler la bouche après une poignée de cacahouètes. C’est aussi et surtout une boisson qui se déguste, qui s’apprécie et qui réserve des surprises culinaires étonnantes une fois associée à un plat choisi. Et les brasseurs lausannois l’ont bien compris.

nebuleuse pouring

Le food pairing au service de la nouvelle « bistronomie »

Un bon steak accompagné d’un verre de rouge, une Petite Arvine avec la fondue ; les associations plats-vins sont bien ancrées dans nos mentalités. Mais qui a dit que la bière n’accompagnerait pas tout aussi bien un repas gastronomique ? Osant bousculer les idées reçues, les trois potes se sont lancés bec et ongles dans ce nouveau créneau, ma fois peu exploité, mais déjà très prometteur.

« L’idée de remettre la bière, délaissée à tort au profit du vin, au centre de la table étant un principe chez nous, nous voulions proposer des accords mets-bières pour le service traiteur de HomeGourmet ».

C’est ainsi que nos trois experts en bière ont développé de nouvelles idées de food pairing, c’est-à-dire des mariages plats-bières, tous autant audacieux que succulents. Ils vous proposent par exemple de boire leur Embuscade avec un tartare de baby boeuf ou d’accompagner une compotée d’aubergine au croustillant de jambon d’une Namur Express.

Si le concept séduit les jeunes, les brasseurs reconnaissent néanmoins que les quinquas ont plus de la peine à s’y faire. Mais l’on sait tous qu’il faut du temps pour changer les habitudes.

Comment casser les idées reçues sur la bière suisse

Même si les normes nous incitent à commander plutôt du vin que de la bière au resto, la popularité grandissante des bières artisanales, soutenue par un véritable babyboom des microbrasseries depuis quelques années (on en compte aujourd’hui plus de 300 en Suisse), laisse penser que d’ici peu les boissons maltées iront bientôt détrôner les Bourgognes et les Châteauneuf-du-pape.

Reste aux bières artisanales à gagner du terrain sur leurs cousines industrielles qui représentent toujours aujourd’hui plus ou moins 98% de la production de bière en Suisse – rien que ça ! Mais n’oubliez pas que les 2% restants (soit les bières artisanales) peuvent se targuer de constituer les 90% de la diversité du marché de la bière !

Alors poses ta Heineken et viens en boire une à la brasserie de la Nébuleuse à Renens, Chemin du Closel 5, histoire de parfaire ton éducation et de festoyer comme il se doit l’ouverture publique de la Brasserie ! En plus, la bière est pas chère et c’est une façon carrément sympa de faire avancer la Suisse vers de nouvelles habitudes gastronomiques !

nebuleuse team2

Suivez nos 3 entrepreneurs via leur page Facebook ou sur leur site internet et retrouvez-les du 18 au 20 mars lors de la prochaine Nuit des Bains à Genève. Cliquez ici pour plus d’infos sur l’événement. Santé !

Rostigraben

Vous aussi, contribuez sur Rostigraben. Partagez cet article ou parlez-nous de vous et nous écrirons votre histoire qui fera avancer la Suisse. Envie de contribuer à faire tomber la barrière de rosti en nous aidant à traduire et diffuser cette histoire en anglais, allemand ou italien ? Contactez-nous.

À lire « Benjamin, le vigneron qui fait avancer la Suisse »

À lire « Urban Kombucha: ce breuvage des Dieux brassé par d’irréductibles Vaudois »

#faisonsavancerlasuisse


Comments are closed.