Steve Egger, le dessinateur qui croque l’armée à pleines dents

Photo_Steve_Egger-1024x682

• 29 juillet 2015

Engagez vous, r-engagez vous qu’ils disaient

« Me***, ça brille toujours pas ce truc.. Allez, encore 2 minutes de frottage et je pourrai aller me coucher tranquillou… Quel *?%&#! ce sergent-chef alors… Après une marche de 20 kilomètres, c’est quand même pas humain ça ! »

Beaucoup sont passés par ces moments. Beaucoup ont râlé. Steve Egger en a fait partie. Mais, stratège, le jeune homme avait son plan.

Chaque anecdote ou petite histoire faisait l’objet de quelques notes dans son carnet. Objectif : unir sa passion – le dessin – et l’armée, sujet de 1001 histoires à raconter.

Härzliche wöikomme !

page-couverture

Bienvenue à l’école de recrues

C’est un des trucs les plus partagés. Qu’on soit contre, pour, satisfait ou déçu de son service militaire : les petites anecdotes et histoires de l’armée sont toujours un sujet de plaisanterie. Et trans-générationnel s’il vous plait !

Après son 1er CFC de concepteur multimédia, Steve effectue son service court – faut pas pousser non plus – en tant que chauffeur poids lourds. 300 jours de service qu’il met à profit comme matière d’inspiration. Il griffonne toutes les histoires qu’il observe et qu’il entend. Passionné de graphisme, il dessine et peint « dans un genre fantastique ». Mais le vrai travail ne commence qu’une fois le service terminé.

De longues nuits à croquer sur sa grande table à dessin. Lentement, sa BD prend forme. Une fois terminée, il tente sa chance dans plusieurs maisons d’éditions mais essuie plusieurs refus. Abattu, il créé alors une page Facebook qui rencontre aussitôt un succès fulgurant. Que cela ne tienne, une campagne de crowdfunding est lancée sur wemakeit.ch. S’il réussi son pari, plus de 1’500 exemplaires seront imprimés et mis en vente. Et si cela marche, Steve prévoit de faire traduire sa BD en suisse-allemand et en tessinois. Si c’est pas un vrai produit du Rostigraben !

07_Röstigrabenjpg-723x1024

Comment sortir de sa zone de confort

Malgré les premiers refus pour sa BD, Steve persiste. C’est surtout l’incroyable succès que connaît sa page Facebook qui le motive. Là où les maisons d’éditions n’y ont vu aucun potentiel, les jeunes lecteurs se reconnaissent dans les planches. Ils s’identifient aux situations décrites à travers les dessins. Malgré l’absence de soutien de l’armée, l’information passe vite et le bouche-à-oreille marche bien. Pour Steve, c’est ce qui manque à la Suisse. La niaque d’aller plus loin, d’affronter des situations inconnues en créant de nouvelles solutions.

« C’est quand on arrive dans l’inconnu que l’on avance vraiment. On appelle ça dépasser la zone de confort. Et je pense que nous devrions plus souvent briser ce mur et vivre sans trop réfléchir. Pour faire avancer le pays, la Suisse devrait encourager la population à viser les étoiles pour au moins retomber sur la lune. »

Vous êtes songeurs ? C’est bon signe. À méditer.

Si vous souhaitez soutenir Steve dans sa campagne de levée de fonds, vous pouvez le faire ici. Tout comme vous pouvez consulter sa page Facebook. Ou encore le contacter par mail.

L’équipe Rosti

Retrouvez-nous sur Facebook.

    Comments are closed.