Plage de vie : un Suisse dans des bains thermaux japonais

365907471_bd47a695ca_z

• 23 juin 2015

L’apprentissage de la cérémonie de la douche

Pas facile d’éviter le choc culturel quand on débarque à Tokyo pour la première fois. Des automates à chaque coin de rue, une signalétique incompréhensible, une musique pop qui nous poursuit dans chaque commerce, des vitrines fluo-flash-fun, des chambres-dortoirs à 28 lits,…

Si tout le monde connaît les sushis et les samouraïs, le pays du soleil levant a de quoi dépayser bon nombre de touristes non familiarisés avec les coutumes locales. Fraîchement arrivé dans la capitale japonaise, un voyageur suisse se rend aux bains thermaux du quartier histoire de découvrir un peu la culture nipponne – et aussi de se rincer un coup après plus de 10 heures de vol.

Avant de se plonger enfin dans l’eau chaude et les vapeurs des hammams, le touriste prend sa douche et observe d’un œil discret la façon dont ses voisins exécutent leur toilette. À grandes doses de savon, un homme procède à un nettoyage minutieux de tout son corps, reprenant cinq fois du shampoing. Bon, apparemment, il faut bien se frotter avant de profiter des bains japonais. Ignorant les coutumes autochtones – et par soucis de ne pas avoir un comportement déplacé – le voyageur répète soigneusement les gestes de son voisin.

Et après plus dix minutes sous la douche, pas question encore de sauter dans la baignoire. À côté des douches, une bassine et un petit tabouret. Imitant toujours l’autre homme, le Suisse brosse son tabouret et rince sa bassine avant de se ripoliner les pieds, puis tout le corps, une deuxième fois. Décidément, la cérémonie de la douche paraît aussi complexe que celle du thé. Mais une fois dans les bains, le voyageur ne regrette pas d’avoir osé l’expérience.

Bien plus tard, de retour dans son dortoir, notre touriste tombe nez-à-nez avec son mentor d’un jour, son voisin de douche qui s’avère aussi être son voisin de lit. L’occasion cette fois d’engager la conversation. You speak English ? demande le Suisse. A little, sourit l’autre. Mais je parle français sinon, je viens de Neuchâtel ! Abasourdi, le voyageur prend alors conscience que la cérémonie de la douche à laquelle il a assisté n’était pas forcément très traditionnelle. Mais l’effort d’intégration et l’ouverture d’esprit y étaient.

Bien tenté.

Photo de Solenne Vallet

    Comments are closed.