Manuel et Mathieu, deux grimpeurs qui ne lâchent jamais prise

Screen Shot 2015-07-10 at 9.44.06 PM

• 14 juillet 2015

Sportif à l’extérieur comme à l’intérieur

Pendant les grandes chaleurs estivales, il n’est pas toujours évident de faire du sport. Surtout quand la canicule s’y met. Alors pour rester en forme et être sûr de pouvoir se défouler par tous les temps, pourquoi ne pas tenter un sport qui peut être pratiqué autant en extérieur qu’en salle ?

Le monde de l’escalade est en pleine effervescence. Et la Suisse n’est pas en reste dans ce domaine. En effet, les terrains de jeu pour grimpeurs pullulent. Lausanne dispose d’ailleurs du plus grand centre d’escalade de Suisse romande, le Rocspot, qui est équipé de matériel dernier cri et a ouvert ses portes en décembre 2014.

Malgré toutes ces salles de grimpe qui voient le jour en Suisse, ne vous êtes surement jamais demandé ni où ni comment étaient fabriquées les prises des murs d’escalades qui proposent de multiples défis aux grimpeurs. Eh bien nous, oui! Rostigraben a donc rencontré Manuel Hassler et Mathieu Ackermann qui ont fondé en 2012 l’entreprise Flathold, spécialisée dans la conception de prises d’escalade.

FLATHOLD 300PPP 10

Une passion commune

Dès son plus jeune âge, Manuel découvre le plaisir de l’escalade et commence à façonner ses propres prises. Dans l’atelier de son père, il expérimente des mélanges de résine et de sel pour obtenir le « grain » propice à la grimpe. Son objectif ? Créer son propre mur afin de s’entraîner en toute quiétude. Manuel n’a alors que 12 ans.

Depuis cette époque, le gaillard n’a cessé de perfectionner ses techniques et s’est progressivement fait un nom dans le milieu des compétitions internationales lors desquelles il emmenait avec lui ses propres créations. Repéré par le milieu, Manuel commence à ouvrir pour des compétitions internationales. « Ouvrir » ? C’est-à-dire ? Comme on dit dans le jargon, « ouvrir » c’est créer des parcours de différentes difficultés sur les murs d’escalade. En gros, c’est le pisteur des compétitions de ski, mais version escalade.

Alors que Manuel se professionnalise de plus en plus, il croise le chemin de Mathieu, un autre passionné de grimpe qui a fait des études en arts visuels à Bienne, puis à Berne. Liés par leur amour de la grimpe et leur envie de toujours repousser les limites des gestes techniques existants, les deux grimpeurs deviennent de bons potes et décident de se lancer ensemble dans la fabrication de prises d’escalade. Ta-daaa, Flathold naît.

Entre conception et production

« Au début, on faisait tout » explique Mathieu. De la conception des formes des prises à la réalisation des moules en passant par la production en elle-même, les deux bricoleurs ont touché à chacune des étapes de fabrication. Et dès le départ, leurs prises se différencient non seulement par leur esthétique originale mais aussi par le matériau choisi. Plus légère et plus résistante que le polyester traditionnellement utilisé dans le domaine, c’est avec de la résine de polyuréthane qu’ils créent leurs prises.

Avec ces produits au look original et une matière première innovante, les demandes affluent et les deux compères décident donc de passer à une production plus importante. C’est en Bulgarie, dans le plus grand centre européen de production du domaine, qu’ils vont trouver leur bonheur. Sur place, le chef d’entreprise, un chimiste spécialisé dans les matériaux, se charge maintenant de la fabrication des moules et de la production des prises. De leur côté, Manuel et Mathieu continuent de faire ce qu’il savent faire de mieux : imaginer et concevoir des formes nouvelles, belles et efficaces qu’ils créent en mousse avant de les envoyer en Bulgarie.

Flathold s’est aujourd’hui bien développé et a maintenant un certain nombre de distributeurs en Europe ; un marché très important car il représente près de 80% de leurs ventes. Et les deux acolytes ont également des relations outre-Atlantique. Ils viennent en effet de dénicher une fabrique américaine qui doit débuter la production de leurs prises à la fin du mois. Le marché américain est donc le nouveau sommet que les deux amis veulent escalader.

FLATHOLD 300PPP 8

Sur le devant de la scène autant que dans les coulisses

Bien entendu, monter sa propre entreprise et en vivre convenablement n’est pas chose facile. Pour boucler leur fin de mois, les deux potes travaillent chacun de leur côté, comme « ouvreur » dans les compétitions internationales ou au niveau national dans les salles d’escalade. Cette présence régulière « sur le terrain » leur permet ainsi d’observer, d’imaginer et d’inventer des pièces toujours plus complexes et innovantes. Manuel et Mathieu sont un peu les ingénieurs du prochain niveau de Tetris, à l’échelle humaine.

« Nous voulons atteindre la perfection du mouvement, rendue possible par la prise. Nous travaillons à développer les techniques, les formes, les textures et la matière afin de contribuer le plus possible à l’évolution de la discipline » explique Manuel. Et avec les talents de Mathieu, les prises prennent une dimension esthétique qui fait aussi la différence. Qu’on se le dise, les écoles d’art ont définitivement de l’influence dans absolument tous les domaines.

« Sometimes you know in advance that you will want to make a crimp. After giving a function to the hold, the goal is to try to go a little further than simply offering grip ; to give the shape life ». Proposer un produit meilleur, être passionné et s’investir à 200% ; telles sont selon Mathieu les clés du succès pour monter son entreprise. Et avec ce mélange d’esthétique et d’innovation, Flathold a toutes les chances de grimper toujours plus haut dans le marché mondial de l’escalade.

Basile Bucher

    Comments are closed.