Le 4ème festival international de l’art du Teletext s’invite dans votre salon

16055144992_2a7114c0bb_k

• 29 août 2015

Bienvenue dans l’ère du CyberArt

– Et toi, tu fais quoi dans la vie ?

– Je crée des œuvres artistiques pour le télétexte.

– Sérieux ?

– Et pourquoi pas ?

Le concept paraît assez délirant, on vous l’accorde. Mais pourquoi le télétexte ne serait-il pas un support adapté à la création artistique ? Evidemment, les contraintes du format numérique réduisent passablement les possibilités créatives. Mais le défi est d’autant plus grand. Créer des dessins pixel par pixel sur 24 lignes et 40 colonnes, le tout avec une gamme de 8 couleurs – dont le noir et le blanc –, c’est une performance réservée aux “cyberartistes“.

Et les résultats sont étonnants ! C’est pourquoi le festival international de l’art du télétexte, l’ITAF, a toutes ses raisons d’être. Pour la 4ème année consécutive, l’ITAF présente des œuvres originales que tout un chacun peut admirer depuis son canapé. En s’invitant dans votre salon, le festival – qui a d’ailleurs cette année pour thème « Rester chez soi » – a réuni quelques 2 millions de visiteurs depuis 2012. Ce qui en fait l’un des plus grands festivals artistiques au monde.

Un Suisse en lice

Depuis le 13 août et pendant un mois, le travail de quinze artistes ou collectifs européens, américains et asiatiques est en ligne sur les services de télétexte suisse (pages 754 à 769), allemand et autrichien ainsi que sur Arte. Et si vous allez faire un petit tour en Autriche entre le 3 et le 7 septembre, l’Ars Electronica Festival, une compétition internationale de CyberArts, exposera les œuvres sur grand écran. A l’issue du festival, un jury décernera le Prix du télétexte.

Parmi les quinze cyberartistes en lice de ce concours atypique, Matthias Moss porte les couleurs de la Suisse. Ce Zougois établi aujourd’hui à Londres a fait ses armes à la Horchschule der Künste de Zurich avant de décrocher un master en « Computation Arts » à la Goldsmiths Univerity de Londres. Son travail artistique se focalise sur les procédés de génération du son et sur la matérialité des médias électroniques. Un travail hors normes à découvrir ici.

Après plus de 40 ans de bons et loyaux services, le télétexte peut encore nous étonner. Déjà 40 ans ? Et oui, le télétexte est né le 23 septembre 1974 au Royaume-Uni. La chaine de télévision britannique BBC cherchait alors une méthode de sous-titrage pour les sourds. La technologie développée par les ingénieurs anglais de Ceefax a dès lors été largement reprise, au point de devenir le standard européen. Pour le délire, allez voir les premières images de Ceefax avec en prime une super musique funky.

Image par Arts Electronica, Flickr

Rostigraben

Suivez-nous sur Facebook.

    Comments are closed.