Ethique et chic, un tour dans l’atelier de Laure Baschoud

10633404_960101930685309_5205559912695284064_o

• 9 août 2015

Bienvenue à l’Atelier

Les grandes vagues de chaleur estivale vous auront probablement fait rêver d’étoffes légères, de vêtements amples et aérés voire, pour les plus radicaux, de pouvoir traîner nu, simplement étalé contre les catelles fraîche de sa salle de bain. Pour mémoire, l’équipe de Rostigraben vous rappelle que la nudité est proscrite sur les trottoirs de nos cités helvétiques. Le moment n’est donc pas mal choisi pour vous parler de ces artisans qui vous habillent avec style et si possible, un brin de conscience durable.

Rue des Deux-Marchés à Lausanne, nous retrouvons Laure Paschoud. Designer pour qui mode et élégance sont indissociable d’une consommation responsable. Ses collections sont le reflet de son engagement pour une mode plus écolo et socialement durable. Plus que de s’en tenir à la vente, L’Atelier Laure Paschoud participe également à divers évènements dans le but de sensibiliser sa clientèle aux enjeux de la production de textile et de vêtements. Vous aurez peut-être aperçu ses créations lors de la première édition du Swiss Fashion Point de Lausanne en juin dernier.

Comment créer le plus local possible dans ce marché iconique de la mondialisation? Écœurée par les allers-retours aberrants des marchandises et l’exploitation à peine dissimulée de la main d’œuvre active dans ce secteur, Laure s’évertue depuis maintenant cinq ans à créer des vêtements dont les textiles, produits en suisse avec un maximum de fibre bio sont ensuite assemblés en Bosnie dans un cadre respectueux des droits des ouvriers. La traçabilité et la transparence dans la production sont les valeurs essentielles de la marque. La jeune créatrice se rend d’ailleurs deux fois par année en Bosnie pour s’assurer que les conditions de travail soient conformes à ses attentes.

jambers-731x1024

Cette ambition de durabilité transparait aussi dans le design des collections. Jouant sur le recto et le verso, les robes sortant de l’Atelier sont autant de jupes, et pourquoi pas une veste-cape? Polyvalence et flexibilité dans l’espoir d’allonger encore la durée de vie de ces vêtements dont nos naturels impatients nous rendent si vite ennuyés. A l’autre bout de la chaîne, dans la boutique qu’elle partage avec Harald Chyoung, l’ambiance est aérée et conviviale. Laure nous fait part de l’importance de garder un contact séré avec sa clientèle, tout comme le besoin d’avoir « un regard croisé » sur son travail. C’est une partie de son travail qu’elle aime bien, cette nécessité du regard de l’autre. Des boutons de porcelaine réalisés avec Sylvie Godel aux motifs de la collection d’hivers 2015 conçus par la designer textile Marie Jambers, la collaboration avec d’autres artistes est une ressource à laquelle Laure n’a de cesse de recourir.

L’Atelier Laure Paschoud, c’est resserrer les mailles d’un tissu social qui s’effiloche. Raccommoder producteur et consommateur, encourager l’échange entre métiers de l’art en Suisse, sensibiliser et promouvoir la mode durable. Véritable contre-pouvoir des grandes enseignes internationales, l’existence de ces petits ateliers qui donnent un visage plus humain à cette industrie qui nous vêtit est indispensable à la survie d’une mode éthique en Suisse.

Crédit images: Marion Lienhard et Marie Jambers

Vincent Jacquat

    Comments are closed.