Grève à outrance dans une fabrique de Mendrisio (TI)

16119584280_aebc828a51_z

• 19 février 2015

Les ouvriers, pour la plupart frontaliers italiens, de la fabrique de matières plastiques Exten SA de Mendrisio (sud du Tessin) se sont mis en grève jeudi matin. Ils protestent contre la décision de la direction de réduire de 26% les salaires des frontaliers et de 16% ceux des travailleurs résidants. Le Syndicat Unia soutient leur action.

La grève a commencé jeudi matin à 05h00 lorsque la centaine d’employés de la fabrique tessinoise Exten SA a bloqué la production. Le personnel, en grande partie frontalier, proteste ainsi contre la décision de la direction de diminuer de 26% les salaires des ouvriers italiens et de 16% ceux des résidents. Une décision prise à la suite de l’annonce de la Banque nationale suisse de ramener le change euro-franc à son taux réel.

Selon ce qui a été annoncé jeudi par le syndicat UNIA qui soutient les grévistes, « les ouvriers n’ont eu aucun choix: ou ils signent le nouveau contrat, ou la fabrique ferme ses battants. » Selon le syndicat, « ce chantage a été imposé au personnel sans que le moindre chiffre de bilan n’ait été présenté. »

Jeudi vers 12 heures, les ouvriers poursuivaient la grève et l’accès à la fabrique était barré par des véhicules. Selon la commission ouvrière et les syndicats, la grève se poursuivra jusqu’à ce que la direction accepte les conditions du personnel, soit aucune pénalité et le maintien des conditions salariales.

Exten SA, propriété de la famille tessinoise Carlini, a ouvert ses portes en 1981. L’entreprise produit et commercialise des matières plastiques, soit entre autres, films, radios et feuilles plastifiées. Exten SA se développe au point d’établir son chiffre d’affaire à 45 millions d’euro.

Dès fin janvier toutefois et sans donner aucune explication, comme le précise jeudi UNIA, la direction annonce son intention de réduire de 26% les salaires des frontaliers italiens et de 16% ceux du personnel résidant. UNIA précise qu’il s’agit de la réduction la plus élevée enregistrée par le sandicat depuis que « le padronat a décidé de tabler sur la force du franc pour augmenter ses marges de gain ». Exten SA a indiqué que les réductions salariales prévues seront effectives dès le 1e mars et ce de manière permanente.

Actuellement un ouvrier d’Exten SA gagne en moyenne 3200 francs bruts, y compris le treizième salaire. S’il s’agit d’un frontalier, le salaire chute à 2368 francs bruts.

Le personnel de la fabrique de Mendrisio a été convoqué à partir du 11 février et a été invité à signer les nouvelles dispositions contractuelles. Sans aucune possibilité de réfléchir, de se confronter avec les collègues ou la famille. Le syndicat UNIA a demandé qu’une négociation soit entamée sans tarder. Une grande partie di personnel d’Exten SA de Mendrisio, même s’il a été contraint à accepter les nouvelles conditions, ne les a pas acceptées et a décidé d’agir. de luter contre cette violente attaque et de reconquérir sa dignité. L’assemblée du personnel a demandé jeudi le retour immédiat aux contrats précédents, une confrontation directe avec la direction de l’entreprise, la création d’une commission syndicale d’entreprise. Ils demandent enfin à la direction d’Exten SA de ne prendre aucune mesure disciplinaire envers les grévistes.

Image: Uwe Häntsch, Flickr, CC BY-NC-SA 2.0

Gemma d’Urso, Mendrisio

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>